Retour ]

Centre d'Interprétation de la Nature

Virelles-lez-Chimay

-      2003

Projet architectural 

Le projet intègre les prémices d’une architecture « durable » telle qu’elle a été défendue et concrétisée dès l’esquisse concours :  fonctionnalité et souplesse dans l’espace et le temps, intégration optimale par une intervention minimaliste sur le site et respect des éléments naturels en place (relief, végétation, eau), mise en œuvre de systèmes, matériaux et techniques écologiques justes, en rapport avec le projet, prise en compte de la gestion, la maintenance et des coûts énergétiques.

Le bâtiment est le lieu de focalisation, l’image du Centre d’Interprétation de la Nature.  Il se trouve à la croisée des parcours ; il sépare les zones calmes et plus bruyantes ; il emmène le visiteur du haut (effet de « cabane ») vers le bas du terrain (effet de « caverne »), de la zone boisée au bord de l’eau.  Son architecture intègre ces différentes composantes fonctionnelles, environnementales et symboliques dans un langage simple et doux, en mimétisme avec la nature du site.

Objectifs, signification 

Il s’agissait de dégager un sentiment d’appartenance et de référence à la nature, de susciter des sensations d’aventure et de découverte tout en assurant une transition harmonieuse dans le passage successif de la voirie aux arbres, des arbres à la terre, de la terre à l’eau…  La volumétrie intégrée au lieu fait référence au thème de l’observatoire (« voir sans être vu ») tout en préservant le site dans ses composantes écologiques, biologiques et topographiques.

 

rue du lac   6461 Virelles (Chimay)  -  Belgique
Programme   Centre Nature à vocation ludique et didactique
Mission  

Construction avec aménagement scénographique des espaces intérieurs

Site   réserve naturelle classée, site Natura 2000
Maître de l'ouvrage   Virelles-Nature asbl (WWF, AVES et RNOB)
Calendrier   projet : 2001 ; construction : 2002 ; achèvement : 2003
Surfaces   ± 1.000 m²
Coût   1.360.000 € hTVA (bâtiment et abords directs) ; 80.000 € (mobilier accueil)
     
     

 

Concept de « maison-nichoir » :

D’autre part, une attention particulière a été portée sur la cohabitation réussie entre la faune et l’homme. Le concept dit de la « maison-nichoir » a été appliqué au Centre dont les aménagements tendent à favoriser une telle cohabitation : des espaces « réservés » ont été pensés pour abriter nos amis  sympathiques, parfois turbulents, rarement désagréables mais souvent passionnants à observer. 

 

 

 
            © atelier d'architecture ph. jaspard - architectes associés scsprl
            Dernière mise à jour : 05 January 2011